Pâtes aux trésors printaniers

Vous devez l’avoir remarqué, mais je suis actuellement en plein trip de têtes de violon. La saison tire à sa fin, alors je m’en donne à cœur joie de les mettre à l’essai dans des recettes toutes aussi différentes les unes des autres. Depuis que j’ai lu que le goût des têtes de violon s’agence à merveille avec celui des morilles, ce champignon à l’allure douteuse et au prix exorbitant que vous avez peut-être déjà vu au marché, je me suis donné comme défi de concocter une recette rejoignant ces deux trésors printaniers. Le résultat? Des pâtes goûteuses, crémeuses et raffinées qui surprendront à tout coup vos invités!

Remarque : Lorsque les têtes de violon et morilles/chanterelles ne sont pas en saison, vous pouvez les remplacer par de l’asperge et des champignons plus accessibles (comme des pleurotes).

pates-morilles (11)

Les morilles forment leur cône distinctif au printemps et à la fin de l’été. Si vous êtes assez chanceux, vous en trouverez dans les bois humides au pied de certains arbres feuillus. La chasse aux morilles doit toutefois être faite avec prudence par des gens d’expérience qui sauront bien distinguer la morille de ses frères les gyromitres, appelés fausses morilles, qui sont une espèce de champignons toxiques, voire mortels si consommés crus.

Il est possible d’acheter des morilles fraîches, déshydratées ou surgelées. En saison, choisissez des morilles fraîches plutôt ferme et dépourvue de taches, surtout pas visqueuse. Pour un sauté, un accompagnement, une poêlée ou un repas de pâtes comme celui-ci, préférez les petites morilles car elles sont plus fermes à la dégustation.

ATTENTION : Il faut toujours faire cuire les morilles avant de les consommer car elles peuvent êtres toxiques et dangereuses si elles sont consommées crues ou pas assez cuites.

pates-morilles (2)

J’ai trouvé mes morilles dans un petit marché de fruits et légumes du marché Jean-Talon – par contre, il est possible d’en trouver séchées ou congelées à l’année dans bien des marchés santé.

Pâtes aux trésors printaniers

Ingrédients :

Pesto

1 tasse (250 ml) de basilic frais
1/2 tasse (125 ml) de têtes de violon cuites
3/4 tasse (180 ml) de noix grillées
2 gousses d’ail
1/2 tasse (125 ml) d’huile d’olive
2 c. à soupe (30 ml) de jus de citron fraîchement pressé
Sel et poivre du moulin

4 tasses (1 L) de pâtes alimentaires sans gluten (je suggère les macaronis au quinoa rouge et blanc de GoGo Quinoa)
1 tasse (250 ml) de tomates cerises, coupées en deux
1/2 tasse (125 ml) de têtes de violon cuites
1/2 tasse (125 ml) de morilles fraîches
1 tasse (125 ml) de chanterelles fraîches

Dans une casserole d’eau bouillante salée, cuire les pâtes jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Égoutter puis huiler légèrement les pâtes. Réserver.

On entend toujours de ne pas laver à grande eau les champignons ou les faire tremper car leur état spongieux leur permet d’absorber beaucoup d’eau – les morilles sont l’exception. Après avoir coupé leur pied et les avoir coupées, il faut les faire tremper dans l’eau froide (à deux reprises, au besoin) afin de déloger le sable, les cailloux ou les petits insectes logés dans les multiples alvéoles du champignon. (J’ai lancé les chanterelles aussi, juste parce que je suis un peu dédaigneuse – vous n’êtes pas obligés de faire pareil!)

pates-morilles (3)

Dans un poêlon avec un petit peu d’huile, faire dégorger les morilles pendant environ 7 minutes puis égoutter.

pates-morilles (8)

Faire griller les noix (ici, des pacanes) dans un poêlon (sans huile) et réserver 1/4 tasse (60 ml) de noix grillées pour garnir les pâtes. Passer tous les ingrédients du pesto au mélangeur. Réserver.

pates-morilles (6)

Ajouter les tomates, les têtes de violon et les chanterelles aux morilles et faire sauter à feu moyen pendant 7 à 10 minutes.

pates-morilles (9)

Mélanger les pâtes avec le pesto et le mélange de champignons. Saler et poivrer puis garnir de noix grillées.

pates-morilles (12)

Donne 4 portions.

Voir aussi : Gnocchis de courge, sauce crémeuse à la sauge

Ariane

Ariane

Co-fondatrice chez Vert et fruité
Grande gourmande qui ne recule devant aucun plat inconnu ou défi culinaire, Ariane a cru que la terre avait arrêté de tourner lorsqu’elle a appris qu’elle était (très) intolérante au gluten. Passionnée de gastronomie et de nutrition, et créative en cuisine, elle a retroussé ses manches et décidé de relever le défi ultime : ne pas se priver, ne pas tricher, ne pas plus dépenser… mais mieux manger.
Ariane

Les derniers articles par Ariane (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>